Action d'occupation des frontières à Vintimille en 2020 pour dénoncer les politiques migratoires qui encouragent les violences contre les femmes.


Dans un contexte général où nationalismes et xénophobie se renforcent, où les gouvernements cherchent à limiter l’accès à leur territoire, où les guerres, la misère, les viols et violences à l’encontre des femmes et des personnes LGBTIQ+ les jettent sur la route de l’exil par millions, il est urgent de créer des espaces de résistance et de solidarité pour lutter ensemble en faveur des droits des migrantes, quelles que soient leur origine et les raisons qui les ont forcées à fuir leur pays.


A l’initiative de la Marche mondiale des femmes/Suisse (MMF) un groupe de militantes issues de différentes organisations a mis sur pied à Genève du 27 au 29 septembre 2019 une rencontre européenne avec l’objectif de consolider une solidarité active entre femmes et de donner corps à un réseau européen de résistances. Pas moins de 263 militantes se sont ainsi retrouvées pour travailler ensemble, s’écouter, échanger, décider. Cette assemblée a adopté la plateforme issue du travail des ateliers pour créer un espace européen de résistance. (cf. www.marchemondiale.ch)


A cette occasion, une proposition d’action à construire ensemble avec d’autres forces féministes et des groupes militants pour les droits des personnes en exil a été présentée : l’occupation des frontières à Vintimille en 2020. Cette action sera coordonnée au niveau européen.


Les politiques migratoires se font à l’échelle européenne : notre résistance doit également se faire à cette échelle. Cette action sera à la fois féministe et européenne. Elle a pour but :

  • de dénoncer les violences faites aux femmes avant, pendant et après leur parcours migratoire
  • d’exiger un accueil digne et la reconnaissance des motifs d’asile spécifique aux femmes
  • d’exiger l’arrêt de la criminalisation de la migration qui renforce les réseaux de traite notamment.


Les premières idées issues des discussions préliminaires visent une occupation sur 2 jours à la frontière de Vintimille, avec le soutien du groupe féministe Non una di meno en Italie. Une bande de quelques kilomètres pourrait être occupée durant le week-end du 17 au 18 octobre 2020 avec des tentes et diverses activités sur le thème des frontières et d’autres thématiques liées à la migration. La MMF envisage l’organisation d’une école féministe, et selon les groupes et soutiens rassemblés, nous pourrions proposer : concerts, films, théâtres, etc., pour populariser durant ces jours l’idée que les frontières ne doivent pas empêcher la circulation des personnes en particulier de celles en détresse, quelle que soit leur origine et leur statut. Des délégations de parlementaires de différents pays européens pourraient être invitées à participer afin de relayer nos messages dans le monde de la « politique institutionnelle ».


Afin d’être le plus inclusif possible, nous avons opté pour un appel étendu, en sollicitant également l’appui des institutions du monde de la culture.
La coordination de la Marche mondiale des femmes/Europe a décidé de soutenir cette occupation à la frontière franco-italienne.
La Marche mondiale des femmes/Suisse coordonne l’action des organisations et les personnes intéressées en Suisse. Elle assure en outre le lien avec la coordination européenne.


Votre organisation/institution serait-elle prête à participer ?
Souhaitez-vous faire partie de l’organisation ?
Pourriez-vous apporter un soutien officiel ?
Un soutien financier ?


Nous nous réjouissons de recevoir une réponse de votre part à envoyer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. dès que possible, mais au plus tard d’ici au 10 janvier 2020.